mardi 26 août 2014

une sorte de peau.

Une sorte de peau. Il y a même du vivant dans cet ocre lancinant qui tombe dans la mer. Une sorte de peau fragile qui voudrait cacher le soleil . Une paupière du soir pour nous emmener vers la nuit. Un voile de peau bronzée par l'été en guise de chemise pour mon poème.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire