dimanche 8 septembre 2013

courts de blues 5

un poème s'attarde

comblé de chaque syllabe

imprononcée

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire